21. janv., 2019

Partie 36

Ça doit faire une bonne heure qu’on marche avec Beck. Le but n’est pas de sauver les habitants d’Akar, bien que j’ose espérer qu’ils auront tous eu le temps d’évacuer, le village est sans doute déjà prit. L’objectif est de libérer le village de ces créatures et de le sécuriser. Depuis la réclusion de la Grande Sorcière de la dimension d’Ombral, les créatures de l’ombre s’en donnent à coeur joie. C’est de là que vient le tigre de feu qu’affectionne Beck. Il ne s’est d’ailleurs pas fait prier pour nous accompagner, cette grosse boule de poil fumante. Il semble sur ses gardes, comme à la recherche de quelque chose. Ou de quelqu’un. Il espère trop de cette mission. Beck s’inquiète et ce n’est pas trop dure à deviner.

Nous sommes supposés rejoindre mon père à l’entrée du village. Je suis content qu’il ne soit pas encore venu nous rendre visite au Domaine. Pas parce que je ne voulais pas l’y voir, mais plutôt parce qu’il détestait le père d’Alice. moi je l’ai pas trop connu, mais je crois que c’était une haine de type viscérale. En tout cas, ça en a tout l’air. J’ai peur qu’il soit méchant ou indiscret avec elle. Oui, c’est son genre de tempérament. Il hait les humains. C’est comme ça. J’ai jamais su comment le père d’Alice avait réussit à franchir la barrière la première fois. Lui non plus, d’ailleurs. Ça l’a toujours mis hors de lui. Pour mon père, il était d’une banalité aberrante, mais mes parents se sont quand même éloigné à cause de lui. Je crois que personne n’a jamais su ce qu’il avait de si spécial. Sans difficulté, je suis pourtant capable d’affirmer avec certitude que cette singularité à déteint sur Alice. Mon père pourrait, sans aucune scrupule, être méchant envers elle, et ne pas comprendre que j’essaie de la protéger. Je l’adore, c’est mon père, mais je crois que je préférerais qu’il ne la rencontre jamais. Ce serait plus facile.

Je sens un violent coup d’épaule qui me fait sortir de mes pensée.

-On arrive, m’annonce Beck.

-Ok. Il faut trouver mon père.

Beck se retourne vers Xal pour lui confier cette tâche. Son flair reste bien plus aiguisé que le nôtre. Nous le suivons plus haut sur la colline qui plombe le village jusqu’à un homme accroupis près d’un rocher, un pistolet rougeoyant à la main. C’est mon père et son pistolet de feu, une relique de mage. Comme la plupart des armes magiques entreposées au Domaine.

-Papa!

-Fiston! Tu es là. Approche!

Nous le rejoignons à la hâte et nous accroupissons à ses côtés. Il me prend l’épaule pour m’aider à m’équilibrer et approche sa bouche de mon oreille.

-Vous avez emmené Xal comme je te l’ai demandé? Le feu est mortel pour ces créatures.  

Xal est originaire de la dimension dans laquelle nous sommes, première raison de sa présence, et est un tigre dit “de feu”. C’est-à-dire que lorsqu’il se met en colère, il s’enflamme. Littéralement! L’histoire de cette dimension (quelques livres d’histoires et archives entreposés dans la résidence, en témoigne) montre que les créatures de l’ombre ne peuvent survivre ni au feu, ni à l’eau. C’est pourquoi la forteresse de la Cité des Rois, ancienne cité prospère à l’époque de la Grande Guerre des Ombres, était cerclé par une large rivière. Aujourd’hui la famille royale n’y vit plus, la forteresse fut détruite. Elle n’est que ruine maintenant. Au début, je pensais que Xal refuserait de venir, qu’il resterait mollement coucher sur l’herbe. Au lieu de ça, il a été plutôt rapide à se lever.

-Oui, c’est lui qui vous a repéré, monsieur, confirme Beck.

-dans ce cas, où est-ce qu’il est, petit malin?

Beck fige et moi aussi. Effectivement, en regardant autour de nous, on s'aperçoit que Xal n’est plus là. La main de Beck commence à trembler, toc qu’il a lorsqu’il commence à être anxieux. Puis, je me souviens d’un truc. La rapidité avec laquelle il s’est levé lorsque Beck lui a demandé de nous accompagner. Une seule chose me vient alors à l’esprit: la mystérieuse sorcière d’Ombral.

J’ai l’impression que cette mission sera plus longue que prévu.