7. avr., 2018

Partie 19

Sa phrase tourne en boucle dans ma tête. « Pas dans ce monde ci, mais dans un autre, oui. » Il s’approche du tigre et pose sa main sur sa tête lasse.

-Beck t’as laissé tout seul, mon vieux? Lui dit-il.

Il se lève et commence à lui donner des coups de pied. Sans broncher, la bête encaisse les coups. Il ne bouge pas. Puis, Caleb se met à faire des simagrées devant lui. Il prend un arc à côté de lui pour lui titiller la chair.

-Arrête! Il va te bouffer.

Il écarte mon commentaire du revers de la main alors que le tigre lève soudain les yeux, puis la tête et le dos. Mollement. Il se dresse sur ses flancs et entame un coup de patte.

-Caleb!

La grosse patte de l’animal s’abat avec force sur l’épaule de mon frère  qui est projeté au loin. Il se relève rapidement et reviens à la charge. Le tigre finit par s’activer de plus en plus. Lui et Caleb entrèrent dans une sorte de danse entre l’affrontement et l’amusement. Caleb rit. Il tente d’esquiver les coups, mais sa technique n’est pas parfaite et se fait griffer à quelque reprise. Ça ne semble pas le déranger plus qu’il ne le faut. On dirait juste quelqu’un qui joue avec un gros chat.

-Xal.

Caleb et le tigre arrêtent tout d’un coup de se chamailler et ce dernier va s’assoir devant le garçon qui arrive.

-Je te cherchais, mon pote. Lui dit-il en lui frottant la tête de ses deux mains.

-T’était où, Beck? Tu sais que je l’aime bien, mais il est débarquer en plein entraînement. Il a fait peur à ma sœur. Je t’ai dit de faire attention, elle n’est pas habituée.

            Un doux euphémisme que de le dire.

            -Désolé, me lance le dénommé Beck en s’avançant vers moi et en me tendant sa main, enjôleur.  

            Je la prends distraitement tout en attardant mon regard sur l’extérieur de l’oreille droite de l’animal. Je laisse mon interlocuteur en plan et m’avance instinctivement vers le tigre. Il se met à grogner en me voyant m’approcher.

            -Wow, s’exclame Caleb dans mon dos en me tirant vers lui. Tu ne peux pas t’approcher comme ça. Il ne te connaît pas.

            Beck retourne aux côté de… Xal, je crois. Il tente de le calmer au mieux.

            -Il a une plaie, dis-je simplement. Sur l’oreille droite.

            Beck arrive à le toucher aisément et retourne son oreille vers l’avant pour une meilleure vision.

            -C’est vrai, confirme-t-il, je l’emmène à Paula.

            Puis, ils reprirent tous deux le chemin vers la forêt.

            -C’est qui, Paula?

            -Une guérisseuse.

            -Hein? Une vraie guérisseuse? C’est bizarre, je m’imagine une sorcière qui guérit les blessures avec des potions en tout genre.

            -Ouais, c’est un peu ça.

            -C’est dure à croire ton truc.

            -Ce sera moins compliquer d’en parler avec maman.

            -Tu peux me le dire. Tu as déjà commencé. Je ne comprends rien du tout.

            -Elle est meilleure que moi pour raconter les histoires.

            -Je ne peux qu’être d’accord, dis-je la mine basse.

            La querelle avec le tigre agace mes pensées.

            -Pourquoi tu l’as provoqué?

            -Qui? Xal?

            -Oui.

            -Si je me permets de te dire un truc, ce sera ça. Tu dois voir le Domaine comme une sorte de refuge pour tous les êtres qui y habitent. Chacun d’eux possèdent sa propre histoire. La meilleure amie de Xal, dans le monde d’où il vient, était humaine. Il me semble. Enfin bref, aujourd’hui elle est morte et depuis qu’il est arrivé ici, je l’ai toujours vu dépressif. Alors quand je le vois, j’essaie de lui redonner la pêche, mais sa mère et cette amie sont mortes dans une guerre quelconque et des blessures comme ça cicatrisent, mais ne s’efface jamais vraiment.

            -T’as pas eu peur qu’il ne te fasse du mal?

            -Non, il a vu trop d’horreur, j’imagine, pour avoir envie d’en infliger à d’autre. Et puis je préfère nettement le voir se battre que de se morfondre avachi sur la pelouse.